14 février 2023Snow Leopard, Asie centrale, Alpinisme
Pic du communisme – Le grand plateau sous le pic Dushambe © Serge Hardy

Années 60, l'URSS est en pleine gloire. Mais les frontières sont hermétiques et les alpinistes d'Union soviétique expriment leur talent (immense) sur les nombreux sommets qui se dressent d'un bout à l'autre de l'ex-Empire des tsars. L'Himalaya leur est interdit. Le 12 octobre 1967, pour encourager et récompenser les meilleurs dans la course au sommet, le Bureau du Conseil central des sociétés et organisations sportives de l'URSS décide de décerner un prix à ceux qui arriveront à gravir les cinq plus hauts sommets soviétiques. La récompense : devenir un « Léopard des Neiges », cet animal quasi mythique qui hante les montagnes d'Asie centrale. Ils vont être nombreux à s'aligner pour obtenir cette prestigieuse médaille « Snow Leopard ». En 2011, Serge Hardy sera le cinquième et dernier Français à obtenir le titre. Qui sera le prochain ? 

Expeditions Unlimited relève ce défi avec le guide de haute montagne Serge Bazin. Une grande aventure à découvrir ou redécouvrir avant de s’engager pour notre prochain rendez-vous à l’été 2023 : l’ascension du pic Korjenevskaya.

 

Cinq sommets mythiques tous situés en ex-URSS

Les cinq sommets du Snow Leopard Challenge, par ordre croissant de difficulté :

  • Pic Ibn Sina Peak (ex-pic Lénine) – 7 134 mètres sur la frontière Tadjikistan/Kirghizistan
  • Pic Ozodi (ex-Korjenevskaya) – 7 105 mètres au Tadjikistan
  • Pic Khan Tengri – 7 010 mètres sur la frontière Kirghizistan/Kazakhstan (l'altitude géologique est de 6 995 mètres, mais en raison de son épaisse carapace de glace sommitale, l'altitude officielle retenue est 7 010 mètres)
  • Pic Ismail Somoni (ex-pic du Communisme) – 7 495 mètres au Tadjikistan
  • Pic Jengish Chokosu (ex-pic de la Victoire, ex-Pic Pobeda) – 7 439 mètres au Kirghizistan



Sommet du Pobeda © Serge Hardy

 

Expeditions Unlimited s'engage dans le challenge du « Léopard des Neiges » avec Serge Bazin

Bien connu des alpinistes francophones, Serge Bazin est chef d'expédition à 8 000 mètres. Il guide depuis de nombreuses années des participants sur des sommets en haute altitude. Nous avons noué avec lui des liens forts. Conseil sur notre première expédition au Manaslu (8 163 m), nous partons en avril 2024 au Makalu (8 481 m).

En 2022, il guidait pour la seconde année consécutive avec succès nos participants au pic Lénine à 7 134 mètres.

Expeditions Unlimited s'engage dans le challenge du « Léopard des Neiges » avec Serge Bazin pour des ascension estivales au cours de cinq prochaines années. L'idéal serait de pouvoir constituer un noyau de groupe soudé sur ces quatre ascensions, dont les trois suivantes sont massives, soit qu'elles soient difficiles au plan technique, avec le Khan Tengri par l'arête nord, choisie car moins exposée aux dangers objectifs, au plan de l'engagement en très haute altitude, avec le pic du Communisme et son plateau kolossal à 7 000 mètres et enfin, au plan des risques objectifs, avec le fameux pic de la Victoire ou Pobdeda.

 

1. Ascension du pic Lénine ou Ibn Sina à 7 134 mètres

Le pic Lénine est considéré comme le 7 000  le plus accessible au monde, parfois avec désinvolture et donc à tort. Notre taux de réussite, plutôt élevé, est de l'ordre de 70 %. Nous prévoyons 4 à 6 jours de plus que la plupart des opérateurs, ce qui donne plus de sérénité à l'expédition, plus de temps d'acclimatation pour permettre au plus grand nombre d'atteindre le sommet et bien sûr, plus de sécurité météo. Nous partons guidés par Serge Bazin, guide de haute montagne français expérimenté assisté d’un guide de haute montagne local lors du summit push. Nous suivons la voie normale, physiquement exigeante dans la tentative sommitale. Au cours des cinq dernières années interrompues par la pandémie, nous avons atteint le sommet en 2018, en 2021 et en 2022.

Rejoignez notre prochaine expédition au pic Lénine, Kirghizistan. Prochain départ en juillet 2023.


Vers le sommet du pic Lénine © Serge Bazin

 

2. Ascension du pic Korjenevskaya ou Ozodi à 7 105 mètres en 2023

L'ascension du pic Korjenevskaya (le pic Ozodi depuis 2020) est légèrement plus difficile que celle du pic Lénine. Elle se déroule dans un cadre grandiose, au cœur des montagnes du Pamir, dans la chaîne de l'Académie des Sciences. Situé à faible distance du pic Ismail Somoni (ex-pic du Communisme), plus haut sommet de l'ex-URSS à 7 495 mètres, le Korjenevskaya est un objectif remarquable. Avant de se lancer dans ses pentes, nous réalisons l'ascension du pic Vorobiova (5 691 m), belvédère directement en face du pic du Communisme. Une magnifique et rare expédition que nous confirmons à l’été 2023, prélude à d'autres belles aventures, guidée par Serge Bazin avec lequel nous entamons un cycle de cinq ans autour du challenge du Léopard des Neiges, l'ascension des cinq plus hauts sommets de l'ex- Union soviétique, tous situés entre Tadjikistan et Kirghizistan.

Rejoignez notre prochaine expédition au pic Korjenevskaya, Tadjikistan. Prochain départ en juillet 2023.

Pic Korjenevskaia
Pic Korjenevskaia - l’itinéraire

Pic Korjenevskaia - Le sommet
Pic Korjenevskaia – Le sommet

 

3. Ascension du pic Khan Tengri à 7 010 mètres en 2024 

Avec ses « petits » 7 010 mètres d’altitude, le Khan Tengri pourrait être le plus facile du Snow Leopard Challenge. Mais son altitude modeste est largement compensée par l’ensemble des difficultés qu’offre son ascension. Le « Petit K2 », ainsi le surnomment les alpinistes qui connaissent bien la montagne. Le plus septentrional de tous les 7 000 mètres de la planète, il a été gravi pour la première fois en 1931 par un alpiniste ukrainien : Michael Pogrebetskiy. L’une des principales difficultés à l’époque, consistait à remonter l’immense glacier d’Inyltchek (60 kilomètres) qui défendait l’accès aux plus hautes montagnes des Tien Shan. La « voie normale » emprunte le versant sud jusqu’à la selle ouest (5 900 m), point le plus bas entre le Khan Tengri et son proche voisin, le Chapaev (6 126 m). Elle gravit ensuite la longue arête ouest composée essentiellement de marbre. Mais le vaste glacier de la face sud est un vrai piège à avalanches. Le versant nord, plus raide mais nettement moins exposé aux risques objectifs, constitue un itinéraire long et sûr. Il impose de monter au sommet du Chapaev, avant de redescendre à la selle ouest où nous retrouvons l’itinéraire de la voie normale. L’accès au camp de base se trouve aujourd’hui grandement facilité par des vols héliportés. L’obstacle majeur reste la météorologie. La proximité de la Sibérie d’un côté et du désert de Taklamakan de l’autre, engendre des vents violents et froids. Il est indispensable d’avoir un équipement digne d’une ascension à plus de 8 000 mètres.

Rejoignez notre prochaine expédition pic Khan Tengri, Kirghizistan. Prochain départ en juillet 2024.


Départ du camp de base au Kirghizistan © Jean-Marc Porte


Remontée vers le camp 3 © Jean Marc Porte

 

4. Ascension du pic du Communisme ou Ismail Somoni à 7 495 mètres en 2025

Avec ses 7 495 mètres, sa position géographique septentrionale et surtout son interminable plateau à plus de 7 000 mètres, le pic Ismail Somoni, plus connu sous son ancien nom de pic du Communisme est, avec le Pobeda, le « gros morceau » du Snow Leopard Challenge. Réservé à ceux ayant déjà une forte expérience de la haute altitude. L'itinéraire suivi sera celui du classique éperon Borodkin qui se déroule sur le versant nord de la montagne, gravi pour la première fois en 1968. L'itinéraire de la première ascension, réalisée par Evgueni Abalkoff en 1933 sur la face est, est trop engagé et difficile pour une « voie normale » sur un grand sommet. 

Quatre, voire cinq camps d'altitude sont nécessaires pour venir à bout de cette longue ascension. La principale difficulté réside dans la traversée de l'immense Pamirskoe Plateau avec, au retour, les cent cinquante mètres à remonter pour retourner au sommet de l'éperon Borodkin. En cas de mauvais temps sur cette partie de l'itinéraire, l'engagement est très important. 

Pour ceux que l'histoire de l'alpinisme intéresse, le pic du Communisme a été gravi pour la première fois en 1933 par l'un des deux célèbres frères Abalakov, Evgueni. L'itinéraire alors suivi, extrêmement long est rarement repris, la « voie normale » se déroulant désormais via l'éperon Borodkin. 

Rejoignez notre prochaine expédition au pic du Communisme, Tadjikistan. Prochain départ en août 2025.


Pic du Communisme, éperon Borodkin © Serge Hardy


Pic du communisme – Le grand plateau sous le pic Dushambe © Serge Hardy

 

5. Ascension pic Pobeda ou Jengish Chokosu à 7 439 mètres en 2026

Ce n'est qu'en 1943 que le pic Pobeda a été identifié comme le plus haut sommet de la chaîne des Tien Shan ou monts Célestes. Son proche voisin, le Khan Tengri a longtemps semblé occuper la première place. Éloigné au cœur de la chaîne des Tien Shan, il fallut attendre 1956 pour voir le Pobeda gravi par le célèbre alpiniste russe, Vitali Abalakov, qui lui décerna le nom pompeux de pic de la Victoire (Pobeda) en hommage à l'Armée rouge. Nom qu'elle a d'ailleurs conservé à la fin de l'ère soviétique, mais en langage kirghiz « Jengish Chokosu ». 

Les difficultés intrinsèques de l'ascension ne sont guère supérieures à celles rencontrées lors de l'ascension du pic Lénine. Ce sont les distances à parcourir et le nombre d'heures passées à plus de 7 000 mètres qui rendent l'ascension éprouvante. Pour rallier le camp de base avancé (ou camp 1), il faut progresser de près de quinze kilomètres sur glacier. À l'approche du camp 1, les avalanches en provenance de la face ouest mettent la pression. Une fois arrivés sur l'arête ouest, nous sommes contraints de passer de nombreuses heures au-dessus de 7 000 mètres, depuis le camp 5  jusqu'au camp 6, et ensuite jusqu'au sommet. Sans oublier le retour, presque aussi long. L'ensemble de ces difficultés font du Pobeda un objectif de grande envergure. 

Rejoignez notre prochaine expédition au pic Pobeda, Kirghizistan. Prochain départ en juillet 2026.


Pic Pobeda – arête sommitale © Serge Hardy


Face nord du Pobeda © Serge Hardy

Expédition au départ du camp VI au Pobeda

Asie centrale

Ascension du pic Pobeda à 7439 mètres au Kirghizistan

Ce n'est qu'en 1943 que le pic Pobeda a été identifié comme le plus haut sommet de la chaîne des Tien Shan ou Monts Célestes. Son proche voisin, le Khan Tengri a longtemps semblé occuper la première…
28 jours
Prochain départ le 24/07/2029
Expédition au sommet du Korjenevskaya au Tadjikistan

Asie centrale

Ascension du pic Korjenevskaya à 7105 mètres au Tadjikistan

L'ascension du Pic Korjenevskaya ou Korjenevskoï  (le pic Ozodi depuis 2020) est légèrement plus difficile que celle du Pic Lénine. Mais elle se déroule dans un cadre grandiose, au cœur des montagnes…
35 jours
Prochain départ assuré le 09/07/2025
Alpinisme au sérac entre le camp 2 et 3 du pic Communisme

Asie centrale

Ascension du pic du Communisme à 7495 mètres au Tadjikistan

Le Pic Ismail Somoni (ex pic du Communisme), marque le point culminant de l'ex-URSS à 7 495 m. L'imposante pyramide de roc et de glace sommitale repose sur un vaste quadrilatère dont les quatre faces…
35 jours
Prochain départ assuré le 24/07/2024